Vous êtes ici

RIB, IBAN, BIC : les petits noms de vos coordonnées bancaires

Pour faire un virement ou permettre un prélèvement sur votre compte, vous pouvez avoir besoin de communiquer un RIB comportant votre IBAN et un code BIC. Mais que sont ces éléments ? Où les trouver? Quels sont les mesures de prudence à adopter ? Voyons ici tout ce qu’il faut savoir sur vos coordonnées bancaires.

RIB

RIB signifie « Relevé d’Identité Bancaire ». C’est un peu la carte d’identité de votre compte bancaire.

Ce document comporte :

  • Le nom du titulaire du compte
  • Le nom de la banque
  • Le code banque (5 chiffres)
  • Le code guichet (5 chiffres)
  • Le numéro du compte (11 caractères)
  • La clé RIB du code (2 chiffres)
  • L’IBAN du compte
  • Le code BIC
Où trouver son RIB ?

Vous pouvez récupérer le RIB de votre compte bancaire de plusieurs façons :

  • Lors de l’ouverture de votre compte, il vous est généralement remis un ou plusieurs RIB ;
  • En vous connectant sur l’espace client ou l’application de votre banque, vous pouvez généralement consulter et au besoin télécharger votre RIB ;
  • En vous rendant au guichet de votre banque, vous pouvez demander l’édition d’un ou plusieurs RIB;
  • Sur certains distributeurs automatiques ou automates appartenant à votre banque, si la fonctionnalité est proposée par la machine, il est généralement possible, en insérant votre carte, d’obtenir l’édition d’un ou plusieurs RIB ;
  • Si vous avez un chéquier, un ou plusieurs RIB sont généralement présents à l’intérieur de ce dernier.
Dans quels cas puis-je être amené à communiquer mon RIB ?

Vous pouvez être amené à communiquer votre RIB dans plusieurs cas.

  • Pour recevoir des virements sur votre compte :

Si un particulier, un organisme ou une entreprise, vous doit de l’argent, doit vous verser des prestations ou votre salaire par exemple, ils auront besoin de votre RIB et plus particulièrement de votre IBAN, qui y est présent, afin d’émettre un virement SEPA de leur compte en direction de votre compte.

 

Pour en savoir plus sur le virement SEPA, cliquez ici

  • Pour permettre des prélèvements sur votre compte :  

Si vous devez de l’argent à une entreprise ou un organisme (factures récurrentes, impôts, …), vous pouvez vouloir qu’ils prélèvent directement votre compte. Pour cela, il faudra compléter une autorisation de prélèvement, l’accompagner d’un RIB et la transmettre à cette entreprise ou organisme qui se chargera alors d’initier un prélèvement sur votre compte.

Pour en savoir plus sur le prélèvement SEPA, cliquez ici

Est-il risqué de communiquer son RIB ?

Communiquer son RIB n’est pas risqué en soi. En effet, pour qu’un bénéficiaire prélève votre compte, vous devez l’en autoriser en signant un mandat de prélèvement. Par ailleurs, si vous constatez un prélèvement non autorisé, il est possible de le contester auprès de votre banque, qui devra remettre votre compte dans l’état où il se serait trouvé avant cette opération.

 

Toutefois, comme pour tout document contenant des informations personnelles, il convient de bien identifier la personne à laquelle vous communiquez un RIB. Un escroc pourrait utiliser ces informations de manière malveillante (ex : usurpation d’identité).

 

Pour en savoir plus sur le prélèvement SEPA, cliquez ici.

Dans quels cas puis-je être amené à me faire communiquer un RIB ?

Un particulier, un organisme ou une entreprise peut vous communiquer son RIB lorsque vous lui devez de l’argent et que vous souhaitez régler votre dette par virement.

 

Vous aurez alors besoin du RIB de ce tiers et plus particulièrement leur IBAN, qui y est présent, afin d’émettre un virement SEPA de votre compte en direction du compte de ce tiers.

 

Pour en savoir plus sur le virement SEPA, cliquez ici.

 

À NOTER :

Soyez vigilant quand vous recevez une facture et un RIB par courriel. L’arnaque au faux RIB est de plus en plus observée. Vérifiez les informations contenues dans le courriel avant d’envoyer l’ordre de virement : faites un contre appel via le numéro habituel connu de votre interlocuteur, vérifiez si le bénéficiaire du virement n’a pas été victime d’une escroquerie, …  Pour en savoir plus, consultez notre question dédiée ci-dessous.

J’ai fourni un RIB erroné pour la réalisation d’un virement ou d’un prélèvement : puis-je obtenir de ma banque le remboursement de l’opération ?

Si la mauvaise exécution d’un virement ou d’un prélèvement relève d’informations inexactes que vous auriez fournies (ex : BIC/IBAN erronés), la banque n’est pas tenue de rembourser les fonds.

 

Toutefois, elle s'efforce de récupérer les fonds engagés dans l'opération de paiement.

 

Si elle ne parvient pas à récupérer les fonds engagés, elle pourra mettre à votre disposition, à votre demande, les informations qu'elle détient pouvant permettre de documenter un éventuel recours en justice de votre part en vue de récupérer les fonds.

Qu’est-ce que l’arnaque au faux RIB ?

La Banque de France a constaté une recrudescence de ce nouveau type d’escroquerie.

 

Généralement, dans ce type d’arnaque, vous recevez un courriel d’une entreprise ou d’une personne à qui vous devez de l’argent avec un RIB et une facture en pièces jointes. On vous demande d’effectuer le paiement par virement sur le RIB joint au message. Souvent, dans le mail il est indiqué que c’est « urgent » ou « très urgent ».

 

En réalité, s’il s’agit d’une arnaque, le message d’origine a été intercepté par un escroc. Le courriel initial a été remplacé par un contenu frauduleux (et notamment le RIB !).

 

Vous effectuez alors le virement sur le compte de l’escroc sans vous en apercevoir.

 

Le plus souvent, quelques jours plus tard, vous recevez un appel de la personne à qui vous devez de l’argent qui vous informe de l’absence de paiement. Vous découvrez alors l’arnaque ! L’argent a disparu et le créancier initial n’a pas été payé !

 

SOYEZ VIGILANTS :

  • Soyez extrêmement prudent face à ce genre de sollicitations prétendument « urgentes » ! N’agissez jamais dans la précipitation, ni sous la pression !
  • Observez le RIB qui vous est transmis :
    • Vérifiez qu’il ne comporte pas de falsifications grossières (blancs,…) ;
    • Vérifiez que la typographie et que les caractères utilisés soient bien identiques sur tous les éléments du RIB ;
    • Vérifiez que le code BIC / SWIFT, qui permet d’identifier la banque du bénéficiaire, correspond bien au logo de la banque qui est sur le RIB (pour cela n’hésitez pas à utiliser un vérificateur d’IBAN ou à demander à votre banque)
  • Prenez le temps de vérifier les informations avant d’envoyer un ordre de virement : faites un contre appel via le numéro habituel connu de votre interlocuteur, vérifiez si le bénéficiaire du virement n’a pas été victime d’une escroquerie, …

 

Si vous êtes victime de ce type d’arnaque, il faut réagir rapidement :

  • Prévenez sans délai votre banque et de demandez-lui d’effectuer un rappel du virement envoyé au motif « fraude ». L’objectif est d’essayer de récupérer les fonds. Si elle ne parvient pas à récupérer les fonds engagés, demandez-lui de mettre à votre disposition les informations qu'elle détient pouvant permettre de documenter un éventuel recours en justice de votre part en vue de récupérer les fonds.
  • Déposez plainte à la Gendarmerie ou au commissariat de Police le plus proche de votre domicile.

Pour en savoir plus, consultez notre page dédiée aux arnaques aux moyens de paiement et aux bons réflexes à adopter, cliquez ici.

 

À NOTER :

La récupération des sommes qui ont été détournées est directement liée à l’issue d’une éventuelle procédure judiciaire que vous auriez engagée.

IBAN

IBAN signifie « International Bank Account Number ». C’est l’identifiant international de votre compte bancaire auprès d’une institution financière dans un pays donné.

Il est constitué au maximum de 34 caractères alphanumériques, qui comprennent le code du pays où est tenu le compte, le numéro de compte national (BBAN pour « Basic Bank Account Number ») et une clé de contrôle.

Si le compte est détenu en France, il possède 27 caractères et commence par « FR ». Il est suivi d’une clé de contrôle, puis du BBAN qui est composé du code banque, du code guichet, du numéro de compte et de la clé RIB du compte français, tels qu’inscrits sur le relevé d’identité bancaire.

L’IBAN de votre compte est indiqué sur votre relevé d’identité bancaire (RIB).

L’IBAN est nécessaire pour réaliser toutes les transactions SEPA telles qu’un prélèvement SEPA ou un virement SEPA ainsi que pour réaliser des transactions internationales.

Peut-on refuser mon IBAN européen lors de lors de la mise en place d’opérations de virements ou de prélèvements ?

Non.

 

Toute discrimination fondée sur la domiciliation bancaire est passible de sanctions.

 

Les virements et les prélèvements doivent être acceptés, par les créanciers et émetteurs de factures, vers et depuis tous les comptes de la zone SEPA, sans discrimination.

 

Un créancier français ne peut donc pas refuser les IBAN émis dans d’autres pays. De même, un créancier français ne peut pas refuser les IBAN émis les établissements de paiement ou de monnaie électronique.

 

Si vous êtes victime de discrimination à l’IBAN, vous pouvez le signaler à la DGCCRF via le site https://signal.conso.gouv.fr.

BIC

BIC signifie « Bank Identifer Code ».

Il est aussi appelé code SWIFT (pour « Society for Worldwilde Interbank Financial Telecommunication » qui est un réseau international de transmission de messages standardisés relatifs à des transactions financières).

Le BIC sert à identifier une institution financière dans le cadre des transactions financières internationales. Chaque institution financière à son propre code BIC.

Le code BIC est composé de 8 ou de 11 caractères, selon le type d’établissement qu’il identifie.

Ses 4 premiers caractères précisent le code banque, les 2 caractères suivants précisent le code Pays et les 2 caractères suivant le code localisation.

  • Si le code BIC comporte 8 caractères, tels que définis précédemment, c’est qu’il identifie un établissement financier dans un pays ou une ville. On l’appelle aussi le BIC8.
  • Si le code BIC comporte en plus 3 caractères (qui représentent le code optionnel de filiale) c’est qu’il identifie la succursale d’un établissement. On l’appelle aussi le BIC11.

Le code BIC est nécessaire pour réaliser des transactions internationales (lorsque le payeur ou/et le payé ne sont pas dans la zone SEPA). Il peut également être demandé dans les mandats de prélèvement SEPA.

Mis à jour le : 10/05/2022 16:45